mardi, décembre 04, 2007

Suis-je zététique ?

"Et si j'étais zététique ?" se demande l'auteur de ce weblog le matin en se rasant délicatement entre les poils d'une barbe qui décidément devient de plus en plus salée. Et son mauvais esprit, reconnu par ses intimes, de le doter d'un sourire sceptique.

Beaucoup de prestidigitateurs défendent la zététique : leur plaisir à manipuler l'illusion ne les pousse pas à croire à la magie mais plutôt à instiller de la magie dans la réalité. Evidemment, le fonctionnement ou le mécanisme est toujours plus beau qu'une quelconque révélation. Cette loi souffre toutefois une exception : si l'un d'entre nous ose démonter et remonter un appareil électroménager, il va regretter l'absence d'un ange compatissant ou d'un saint miséricordieux lorsque, tout à coup, il se demandera d'où proviennent les quelques vis éparses qui entourent un objet bizarre, dont le dessin a dû germer dans l'esprit d'un extraterrestre dément, et qu'ensuite il se dira que non, décidément, son multihachoir à triple injection ne fonctionnera plus.

Si je vous parle de cela, c'est que j'ai lu dernièrement le Guide d'autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon, qu'un vent favorable est venu déposer depuis le Québec jusqu'aux rivages de l'un de mes librairies favorites où, comme d'habitude, à force de ne pas trouver ce que j'y cherchais, j'ai fini par découvrir ce que je n'avais même pas imaginé de chercher...

L'auteur esquisse un tableau assez convaincant des stratégies de base des manipulateurs, même si je m'étonne de lui voir attribuer tant de crédit à Noam Chomsky, le grand imprécateur américain, dont les diatribes me laissent perplexes : peut-être que voir relayées les caricatures de mes propres idées me pousse à une certaine méfiance ? A part cette nuance, qui concerne tout de même tout le chapitre des médias, je ne puis que vous conseiller la lecture de ce petit guide qui, outre sa clarté, choisit les chemins de la dérision pour aborder les travers de l'argumentation : vous en trouverez une version abrégée en cliquant sur le lien que voici.

Dans ce même mauvais esprit, nous avons mené une expérience avec mon collègue de physique : nous avons incité nos élèves de rhétorique à travailler sur les idées reçues en sciences, en partant d'articles du magazine La recherche de ce mois d'octobre. Les exposés étaient intéressants, certes, mais il y manquait fréquemment l'essentiel : la critique des préjugés, des informations et des sources. Nous voulions travailler avec les représentations mentales de chacun et esquisser l'approche d'une méthode scientifique critique : nos chers élèves n'ont pas trop osé remettre en cause l'autorité des informations qu'ils glanaient dans des références souvent très intéressantes. Cèderaient-ils encore à l'argument d'autorité ou au conformisme du groupe ? Ne supposent-ils pas être assez informés ?

Je déteste ce mot assez dans le champ de la réflexion : je ne le conçois que lors des activités physiques lorsque la raucité de mon souffle me rappelle mon excès pondéral et mes paquets de cigarettes quotidiens. Je perçois en ce mot autant la résignation de celui qui s'estime incapable de poursuivre ses investigations, faute de ressources, que la complaisance de qui n'estime pas nécessaire de chercher et se satisfait faussement d'avoir trouvé. Combien d'entre nous acceptent l'intérêt et la nécessité de la contradiction ? Bien peu sans doute.

Les discours pédagogiques ont trop souvent axé l'enseignement sur des compétences de base, sans se poser la question de leur signification évolutive et en restreignant, de fait, l'enseignement à peu de choses : le plus affligeant est de constater que les susdits discours assénaient à la fois une impossibilité de progresser, paradoxale en éducation, et une limitation de la responsabilité personnelle sur les champs de connaissance. Au nom de prétendus principes, la politique éducative abolissait ainsi les outils dont rêvait l'humanisme renaissant : la culture et le scepticisme. C'est une autre manière de réfuter l'indépendance des esprits, la cantonner à l'enclos d'un supposé bien commun, comme si dans notre pays et quelques autres nous ne disposions pas des moyens techniques d'assumer la curiosité de nos élèves...

Il est tellement plus facile de se satisfaire d'adhésions béates ou de critiques poujadistes : lorsque le roi est désespérément nu, ou lorsque les oranges sont bleues, pouvons-nous nous permettre d'exercer notre sens du doute ? En fait, nous le devons, en permanence.


10 commentaires:

Armand a dit…

Cher Ubu,
Il n'y a pas qu'à toi que les pseudo-sciences ne plaisent pas beaucoup!
Je lis parfois
http://www.pseudo-sciences.org/
C'est souvent instructif!
Dans l'autre sens, il existe (en anglais)
http://www.sciam.com/
et qui a la particularité de mettre beaucoup de choses très très très nouvelles en ligne...
Je crois que cette revue (il en existe une version "papier") est un peu à la science ce que le "Readers Digest" est à la littérature!
Amitiés

Ubu a dit…

Cher Armand,

Merci pour ces liens ;)
Enfin, pour le second, vu ma faible pratique de l'anglais, je ne te jure pas d'y devenir assidu :))

Amitiés

Armand a dit…

Cher Ubu,
Et des caricatures, est-ce mieux?
Je vais te donner un lien en Néerlandais, composé de dessins humoristiques sur la politique (mais selon l'autre bord).
Ainsi, tu verras qu'il n'y a pas que les Wallons qui se moquent de Leterme!
http://www.gva.be/
Tu cliques sur les images qui défilent dans la colonne de droite (titre = "cartoons")! Toute l'orange bleue y passe, avec, en prime, l'actualité internationale!
Amitiés
P.S. Il y a un mois, il y avait même un jeu spécial de Pac-Man appelé "Leterminator". Il n'y est plus.

Armand a dit…

Joyeux Noël!

rayray a dit…

Noyeux joel de ma part aussi UBU. Espérant que vous prendrez votre retraite sous peu et que vous serez plus présent sur les blogs hihi

Et noyeux joel à Armand !

aldagor a dit…

Cher Ubu
Joyeuses fêtes à toi aussi.

Henri a dit…

La lutte continue, citoyen !

zelda a dit…

Mon ubu .
on a eu l'âge de la pierre , l'âge du feu du fer etc... Nous sommes dans l'âge du beauf. Et comme dirait l'autre l'âge de la pierre ne s'est pas terminée avec la pénurie de pierre

bonne annee a toi ...

Ubu a dit…

Chers amis,

Meilleurs voeux à tous : je pense que je suis encore dans les délais ! ;)))

Cher Armand,
J'ai déjà joué au Leterminator : j'avais même un lien direct mais je ne l'ai pas conservé... On verra en mars ;))

Chère Rayray,
Pour ma pension, il faudra encore attendre à peu près trente ans ;))

Cher Aldagor,
J'attends avec impatience des nouvelles de ta prochaine publication

Cher Henri,
En tout cas, rien n'est fait pour l'arrêter ;)))

Chère Zelda,
Les beaufs trouveraient le moyens de créer des pierres s'ils venaient à en manquer ;))

Amitiés

Guillaume Lamy a dit…

Écoutez une entrevue avec Normand Baillargeon à propos de son livre : Petit cours d'autodéfense intellectuelle (LUX, 2006).

Ici pour l'entrevue.