vendredi, janvier 16, 2009

Je passe aux aveux...

J'avoue un certain malaise à exprimer une opinion sur un conflit parmi d'autres : que les habitants du Darfour, les victimes des divers génocides dont le siècle passé eut malheureusement le secret, les divers abandonnés des famines organisées ou improvisées m'en excusent mais je suis quelque peu piégé par des circonstances pas tout à fait indépendantes de ma volonté.

J'avoue aussi une certaine sympathie pour les colonisés de tous poils, à l'exception notable des barbus avérés, castristes orthodoxes ou intégristes forcenés dont je trouve la tartufferie bien écoeurante face à mon cynisme primesautier et, au fond, léger.

J'avoue aussi un certain désenchantement face aux grandes causes, tant celles-ci ont le don de nous épuiser en un lamentable cortège d'enterrements suivis d'inévitables fantasmes de revanche, comme s'il s'agissait de toujours poursuivre quelque but impossible à atteindre. Forcément.

Mais je dois avouer que ma position d'équilibriste dégagé me semble parfois inconfortable. Ainsi, quand des collègues signent (à la légère ?) une carte blanche, un texticule en fait signé par l'inénarrable N. Geerts, au parfum de pilatisme (de Ponce, souvenez-vous) abscons, j'avoue quelque incompréhension et, parce qu'il y a parmi des signataires des gens que j'aime bien, j'essaie de ne pas exploser comme un kamikaze idiot dont les bas morceaux recevraient, paraît-il, une septantaine de vierges : en fait, une vierge par petit bout de chair, si j'ai tout compris ?

Passons sur la dualisation caricaturale que notre auteurette opère à propos des positions qu'elle refuse : c'est de bonne guerre même si ici nous nous retrouvons face à un conflit qui sent mauvais, tant il y a un déséquilibre patent, tant les victimes semblent être réservées à un camp, tant les civils qui trinquent, pour le moment, semblent être plutôt palestiniens....

Peut-on rendre raisonnable ce qui ne l'a jamais été ? Si j'étais Israélien, je serais sans doute militaire en train de me battre ; si j'étais Palestinien, je serais sans doute en train de tirer de l'autre côté ; je ne suis que moi, avec ce tiraillement honteux de ceux qui en sont encore à s'interroger sur ce qui se passe... Tout ceci ressemble trop au sentiment de celui qui croyait en "la der des ders" avant de la recommencer un temps plus tard, avec le parfum malsain des frères jumeaux qui s'entretuent, un peu comme dans Antigone...

Alors, j'éviterai, moi, de raisonner, même si j'essaie de pousser mes élèves à réfléchir à leurs prises de positions, qui n'ont pas à être les miennes... Je me contenterai de souvenirs : le récit de mon grand-père résistant, qui m'avait raconté, encore écoeuré, un crime de guerre perpétré par les troupes anglaises contre des civils allemands ; mes lectures à propos de la barbarie nazie et du coût humain de la deuxième guerre ; mon enthousiasme à l'idée d'une révolution des oeillets, refroidi par le spectacle de la Place de la Paix céleste, qui le fut en effet pour pas mal d'étudiants chinois ; mon souvenir de l'attentat de la rue des Rosiers ou encore de la tuerie d'Anvers ; des échos vite oubliés des massacres en Algérie, des famines en Ethiopie, d'une guerre civile en Somalie ; le bombardement du marché de Sarajevo, la purification ethnique en Yougoslavie ; la découverte du génocide au Cambodge, au Rwanda ; le passage de ma sympathie des cowboys aux Indiens, avec la jubilation revancharde et mesquine de voir le général Custer enfin mourir dans un western ; l'histoire du ghetto de Varsovie, et puis la destruction de Varsovie ; le massacre de Sabra et Chatila ; la révolution islamiste en Iran ; les militants abrutis et ceux qui restaient mal à l'aise ; et puis tout le reste...

J'avouerai donc mon incapacité à adopter une quelconque position : parce que j'ai appris à réviser mes opinions au douloureux contact des faits tout en me disant que si les causes méritaient peu d'être défendues, il devait y avoir des gens qui, eux, le méritaient largement. J'ai aussi appris à me méfier des moralistes professionnels, qui comme des montres arrêtées donnent parfois l'heure exacte mais laissent le plus souvent le temps d'agir aux immondes de tous les camps. J'ai enfin appris que l'idéalisme devenait vite du fanatisme, que le pragmatisme se redéfinissait souvent en opportunisme, que la méfiance était aussi un moyen de survie....

Et pourtant, le misanthrope que je suis continue à apprécier cette humanité paradoxale, celle qui tantôt cesse de raisonner, tantôt fait taire sa fureur guerrière. Sur tous les fronts, il y eut des médecins, des profs, des quidams... des justes, qui se sont engagés face à une injustice sans se demander pour quel camp ils agissaient. C'est à eux que ce texte voulait rendre hommage, à tous ces individus qui, lors de conflits, agirent face à des situations et non selon des camps, parce leur morale n'était pas à géométrie variable et parce que leur courage dépassait la situation.

Merci à ces héros dont le nom ne figure que rarement sur les monuments : pas le temps d'adopter une posture en guise de position.



3 commentaires:

Armand a dit…

Cher Ubu,
Ici, tu traites d'un sujet particulièrement intéressant.
Les responsabilités des carnages de civils lors des guerres.
Juste avant la guerre des six jours, certains états arabes avaient décidé de "jeter les Israéliens à la mer".
La peur de la mort décuple les forces.
J'avais aussi lu un article dans "Vacature" (journal destiné aux chercheurs d'emploi diplômés) qui présentait une carte d'Israël, avec des petites croix pour localiser les "colonies" de Cisjordanie. On dirait qu'elles ont été réparties le plus régulièrement possible, partout! Je comprends qu'il y ait des problèmes pour créer deux états destinés à cohabiter harmonieusement!
Il y a aussi le problème de la peur d'attentats: sans elle, crois-tu vraiment que des manifestations antijuives (car on passe vite aux anathèmes religieux!) auraient pu se tenir chez nous sans que les organisateurs ne se retrouvent en correctionnelle pour racisme?
Les prêtres ajoutent aussi de l'huile sur le feu: demande à tes élèves, quelle est la différence entre un mouton hallal et un mouton cacher. Si j'avais bien compris, les ovins se différencient par les paroles saintes prononcées pendant l'agonie du sacrifié. Evidemment, les paroles de l'autre religion rendent le mouton immangeable, ce qui exclut les sacrifices "oecuméniques"!
Mais ceci sont les prétextes racontés "à la masse" des crétins des deux camps pour permettre aux généraux et politiciens de s'approprier leurs biens... et de violer leurs femmes, tout en leur donnant bonne conscience!
Je l'ai déjà dit plusieurs fois: l'homme et le chat sont les deux seuls animaux de la terre à aimer faire le mal. Le chat a une circonstance atténuante: son cerveau n'a pas de notion de bien et de mal.
Amitiés

Ubu a dit…

Bonjour Armand,

Je connais, en gros, l'histoire des conflits du Proche-Orient : il y a d'ailleurs, semble-t-il, une nouvelle génération d'historiens israéliens qui s'attaquent au sujet sans tabou. Il serait assez intéressant de lire, surtout, les manuels d'histoire des divers camps : je soupçonne qu'ils s'apparentent à ceux des écoliers d'avant 14, où l'esprit revanchard allait justifier la boucherie...

Les colonies : c'est sans doute à cause d'elles que Rabbin a été assassiné... Le processus d'évacuation, légal pourtant, semble être en sommeil... C'était aussi un pas contre le syndrome sécuritaire, contre les pires extrémistes israéliens et en faveur du droit... Regrettable de rater un pas vers la paix...

Quant à l'aspect religieux, l'instrumentalisation en est, en effet, multipolaire : même le monde politique a repris l'idée de croisade et les délires à ce sujet sont nombreux... Parce que les slogans simplistes marchent toujours auprès des minorités fanatiques, minorités certes mais prêtes aux pires exactions : si seulement on renvoyait ces minorités extrémistes à leurs ouvrages... Mais il semble qu'il soit devenu de bon ton de s'aligner sur elles, sous prétexte qu'elles semblent agir...

Je crains que nous ne vivions, surtout, sous l'égide du terrorisme et de la guerre au terrorisme : le but d'un conflit n'est plus une simple possession territoriale mais consiste en un tribut à la terreur. Ceci résumerait assez bien les exactions des islamistes rabiques et les crimes de guerre de la récente opération militaire israélienne.

Bref, on n'est pas sortis de l'auberge...

Amitiés.

Armand a dit…

Cher Ubu,
La population de Gaza est une des plus pauvres de la planète et la moyenne d'âge y est de moins de quinze ans (comme chez nous... du temps des cavernes)!
La densité de la population y est déjà égale à 12 fois celle de la Belgique.
Faire toujours plus d'enfants, avec la bénédiction des églises (à défaut de celle des dieux) ne fera qu'amplifier le problème, jusqu'à un équilibre entre les naissances et les morts.
Voyons-nous les prémisses d'un "effet lemming"?
Je suis très pessimiste!
Amitiés