jeudi, août 23, 2007

Mon Bébert


Mon Bébert,

J'apprends que tu as encore été victime d'un vilain qui a osé te railler : un musicien qui voulait faire de la satire au pays de l'opérette, là où seule la futilité de l'apparat s'affiche avec sérieux.

C'est vrai, mon Bébert, le monde est méchant : la presse qui n'est pas inféodée est méchante, le hasard des dessins d'enfants est méchant, l'histoire même est méchante. Tu rêvais d'un royaume au Paradis : te voici dans une principauté crapoteuse, artificielle comme une carte postale et sujette à moqueries.

Il est vrai qu'un satiriste encore davantage mal intentionné aurait pu glousser sur ton armée de soldats de plombs, sur ta police omniprésente, sur les opérations financières douteuses qui passent par Monaco, cet asile des mal-aimés des satiristes du monde entier. On ne rit pas des petites misères des illustres : que ces gueux se le tiennent pour dit. Et on ne caricature pas une famille qui n'a besoin de personne pour sombrer dans le ridicule : malgré leurs fautes de goût, on n'injurie pas ses fournisseurs en pitreries, vocalises idiotes et scandales de pacotille.

Enfin, si je peux t'écrire tout ceci, Mon Bébert, c'est parce que j'ai le bonheur de ne pas être monégasque et de vivre dans un pays où le ridicule ne tue plus : il paraît d'ailleurs que c'était la seule condition de survie de notre classe politique et dirigeante locale. Grâce à ton goût de l'opérette, je peux toujours continuer à adorer mon petit cirque local.

Je t'adresse mes compliments pour ton attitude : elle me rappelle qu'il est préférable d'être simplement un homme plutôt que de se prendre pour un prince.

Royalement tienne,

Ubu Premier



9 commentaires:

Armand a dit…

Cher Ubu,
L'humour est l'arme des faibles.
Les missiles sont les armes des forts.
J'ai un faible pour les faibles...
Amitiés

rayray a dit…

Votre Majesté,
Vous avez bien raison de féliciter votre Bébert. Mais que penser du Bébert des Belges et pire encore, du prince Laurent et sa fondation-de-piti-chiens-maganés qui a été créée avec des fonds suspects !!!
J'dis ça, j'dis rien, c'est juste qu'à part la royauté, j'adore les belges.
Je vous salue bien bas
Rayray

Mateusz a dit…

C'est hallucinant comme histoire... j'avais traîté le sujet (pas aussi bien que toi) il y a peu... je trouve cela complètement dingue. Vive l'Europe à plusieurs vitesse.

Ubu a dit…

Cher Armand,
C'est un faible qui a sûrement inventé la stratégie et les outils ;))

Cher Rayray,
Sur Nôtre Bébert, je suis tenu à une certaine réserve puisque je suis assermenté : pas le choix pour mon boulot. Par contre, sur les idioties de Laurent, il suffit d'aller chercher chez mon amie Epi, sur le blog http://horizons.skynetblogs.be/
Elle a abordé certains sujets en leur temps ;)

Cher Mateusz,
Désolé que ton article m'ait échappé : en fait, c'est un court billet dans le "Canard enchaîné" qui m'a exaspéré. En fait, j'aurais dû penser à regarder chez toi : je sais que ce genre de sujet te tient à coeur ;))

A bientôt

la rayray HAHAHA a dit…

.. c'est chèrE Rayray. Et puis je connais EPQ ! Il y a souvent un certain Benoît... tu me dis pas que... le monde est piti !

rayray a dit…

... U ou B, tu peux enlever mon com sur le Roi A et le prince L, moi j'étais certaine que tu étais français. Aucun problème pour moi.
Évidemment, t'es pas obligé de me dire si c'est toi, B...

Ubu a dit…

Chère Rayray,
Je sais maintenant ;))

Non,je ne suis pas Benoît : le monde n'est pas petit à ce point ;))

Et pas de problème pour le commentaire : ce serait quand même un comble de ne pouvoir évoquer ce dont la presse s'est fait l'écho ;))

De toutes façons, je n'aime pas la censure ;))

A bientôt

Anonyme a dit…

Et ne retournons pas trop en arrière. Les banques présentes en territoire monégasque, dans les années quarante, disposaient de fonds d'origine... inconnue !
Rhada.

Ubu a dit…

Cher Rhadamanthe,

"Nous touchons souvent le fonds" : c'est un adage de banquier, non ? ;))
A bientôt.